4 méthodes de neuroscience pour améliorer la gestion de projet

Il faut savoir qu’une étude menée par Gallup a montré que 4 salariés sur 5 n’arrivent pas à exploiter le potentiel de leur projet. Pourquoi ? Tout simplement parce que ces derniers ne sont pas motivés et que cela engendre alors des pertes de 350 milliards de dollars dans l’économie américaine. En tant que chef de projet, il est primordial d’être rigoureux et notamment productif. Il est également intéressant de découvrir comment motiver ses salariés et leur donner le sentiment d’être engagé, d’être indispensable à l’élaboration de ce projet. C’est à ce moment-là qu’on peut notamment évoquer la neuroscience. Il faut savoir que le cerveau est un outil efficace qu’il est important de prendre en compte pour pouvoir motiver son équipe tout en améliorant le travail réalisé en groupe. Dans cet article, nous vous proposons de découvrir 4 méthodes différentes de neuroscience qui vont considérablement vous permettre d’améliorer la gestion de votre projet.

  • De nouvelles habitudes

Un salarié est très attaché à ses petites habitudes, et il a beaucoup de mal à s’en détacher. Pour cela, vous devez lui apporter une nouvelle ligne de conduite, et donc de nouvelles habitudes à suivre, mais tout en douceur. Votre objectif va être de conduire votre équipe à devenir plus productive. Cependant, vous pourrez constater que l’obstacle principal à cette productive reste les mauvaises habitudes de vos collaborateurs qui doivent impérativement être modifiées. Pour cela, nous ne vous demandons pas de remplacer une mauvaise habitude, car c’est très difficile, mais plutôt d’en créer une toute nouvelle qui viendra s’ajouter aux habitudes anciennes et ancrées. Il ne faut donc surtout pas « casser » les anciennes habitudes, car elles ne tarderont pas à revenir au galop en cas de doute ou d’échec.

Sachez également que des études menées ont montré qu’il est nécessaire de patienter, en moyenne, 66 jours pour qu’une habitude puisse prendre sa place. De plus, si c’est une habitude plus complexe, le changement pourra s’effectuer sur plusieurs mois, voire jusqu’à huit mois. En tant que chef de projet, vous devez donc être déterminé et tout mettre en œuvre pour que ce nouveau comportement, cette nouvelle habitude puisse prendre racine. C’est un marathon certes, mais en aucun cas on ne vous demande de foncer tête baissée, mais de vous adapter également à chaque salarié qui évolue à son propre rythme.

  • Ne partagez pas les sentiments

Selon certaines études menées, il faut savoir que l’émotion et les sentiments sont contagieux. En effet, vous ne devez surtout pas communiquer votre stress à vos collaborateurs ou votre enthousiasme avant l’heure. Tout ce que nous ressentons est transmis de manière inconsciente aux personnes qui nous entourent. En tant que chef de projet, vous pouvez être souvent contrarié par des retards, des imprévus, mais évitez de vous exprimer. Cela va avoir tendance à se ressentir chez les autres salariés. En étant positif, cela va motiver directement tous vos salariés, et cela sera donc une véritable réussite.

  • Donnez de l’autonomie

L’autonomie est très importante comme l’estime le conférencier David Rock, inventeur du « neuroleadership ». En effet, il a été prouvé que les salariés ont tendance à se rebeller lorsqu’ils ont le sentiment de ne pas contrôler réellement leur travail. La réaction peut donc être de la colère, de la panique, mais également un désengagement total du projet. Il existe bien évidemment différents degrés d’autonomie que vous pouvez octroyer à vos collègues. Prenons comme exemple Steve Jobs qui avait toujours tendance à vérifier tout le travail réalisé par ses collaborateurs, mais qui laissait tout de même une certaine marge à ces derniers pour qu’ils puissent développer leur créativité, mais également partager toutes leurs idées. Ainsi, ses collaborateurs avaient réellement le sentiment d’être investis dans le projet et se sentaient donc indispensables pour mener à bien la réalisation de ce projet.

Une autre étude menée montre également que sur 2 000 personnes interrogées, la première source de motivation pour les salariés est le sens des responsabilités, et donc par conséquent l’autonomie que l’on peut leur octroyer dans leur profession.

  • Créez des liens avec vos collaborateurs

Il faut savoir qu’en tant que chef de projet, vous devez inspirer la confiance à vos collaborateurs. Lorsque ces derniers découvrent une nouvelle personne, ils ont le sentiment de faire face à un étranger. Ainsi, vous avez pour mission de vous présenter sous la forme d’une sorte « d’ami ». C’est le cerveau notamment qui joue ce rôle. En effet, lorsqu’il perçoit de nouvelles personnes, il va transmettre un sentiment inconfortable de danger et de méfiance. Vous devez donc être capable de permettre à vos collaborateurs de créer une équipe cohérente, et les aider à se considérer comme des alliés et non des ennemies.

 

Pour conclure, ces 4 méthodes de neuroscience ont déjà fait leurs preuves, alors il ne reste plus pour vous qu’à les appliquer.

Mentions Légales    |    Site internet développé avec 💙 à Paris par Michaël Saifoudine

Déclaration d'activité N° 11788356678 - Région d’Ile-de-France